Juillet 2018

Comme chaque année, nous avons réussi à rencontrer une grande partie des familles parrainées. Nous tenons à remercier tous ces Jeunes Népalis qui nous aident avec le sourire…

Dans un premier temps, nous avons choisi de rencontrer les familles vivant dans la vallée de Katmandu. Ce fut un moment très enrichissant et agréable de constater les progressions scolaires de certains enfants. La petite Kushum S se retrouve première de sa classe dans toutes les matières. Les enseignants espèrent que ce parrainage puisse continuer longtemps. Quant à Sajan K, il en est de même. Après discussion avec ses parents, eux aussi espèrent que cette aide continue pour Sajan qui rêve de continuer ses études et envisage d’être ingénieur en informatique. Prenant en compte  ses résultats scolaires, son rêve n’est pas déplacé…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jajarkot :

Cette année, le point fort et émouvant fut un mélange étrange de joie et de  tristesse rempli  d’émotions. Nous avions porté à peu près 150 kilos de vêtements et des produits d’hygiène pour le village qui se trouve être loin de tout et oublié de tout le monde. Pendant le trajet, il nous a semblé utile de compléter notre stock par l’achat de savons, brosses à dents, dentifrice…

Pour parcourir ces 550 km qui séparent le village de Katmandu et de Rimna, nous avons mis plus de 30 h, en utilisant des Bus, la marche à pied et prenant plusieurs fois des 4x4.

La population attendait sans trop savoir ce que nous allions porter. Et ce fut la cohue totale pour la distribution.

Tout le monde espérait recevoir quelque chose,  une brosse à dent et un dentifrice, des savons ou quelques habits. Les femmes ont apprécié le kit de serviettes hygiéniques lavables que nous avions acheté à Katmandu auprès d’une association d’aide aux femmes en détresse. Toute la population a reçu un petit quelque chose, les enfants souriaient et les parents nous ont demandé de revenir rapidement. Des fournitures scolaires pour 60 enfants ont fait le bonheur des enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pokhara et Nuwakot

Dans ses deux écoles, nous avons remis les diplômes aux gagnants des concours de dessin. Là, également, ce fut des moments inoubliables de distribuer des cadeaux aux gagnants et de laisser des jeux collectifs aux écoles. Nous n’avons pas souhaité marquer une grande différence entre les gagnants. Le choix des cadeaux fut relativement simple avec des cartables, des dictionnaires pour chacun. A ce lot, s’ajoutait une panoplie de jeux créatifs, de déguisements, de voitures télécommandées... La nomination des gagnants, pleine de suspens et de curiosité a suscité l’émerveillement de tous. Dans chaque école s’est ensuivie un goûter et des danses improvisées par les enfants. Moment de joie pour tout le monde…

 

Dans ces deux écoles, les enseignants nous ont fait part du problème de malnutrition présent dans beaucoup de familles. Il est bon de signaler que la majorité des enfants sont issus de basse caste avec des niveaux de pauvreté conséquents. Le travail des enfants est également un problème au Népal.  Nous pouvons poser l’hypothèse qu’en présence d’un repas quotidien à l’école,  les enfants seront davantage présents.

 

Les deux écoles  espèrent qu’un jour nous puissions créer une cantine gratuite pour tous, que chaque  enfant reçoive un repas à l’école. Il est fréquent de venir à l’école sans repas, de prendre une collation le matin et d’attendre toute la journée pour avoir un repas le soir ou pas dans certains foyers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les parrainages

A Pokhara, le petit Sujan P  a changé d’école avec l’aide du parrainage. En partie infirme, Sujan ne pouvait être autonome dans ses déplacements. Sa maman devait quitter son travail pour l’accompagner. Ce qu’elle ne pouvait pas faire tout le temps et ce qui provoquait de nombreuses absences pour Sujan. Grâce au parrainage, il a pu intégrer une école privée à 6 km de son domicile. Un bus le prend devant sa maison le matin  et le ramène chaque soir. Ce petit a enfin trouvé le bonheur d’étudier sereinement.

A jajarkot

Orpheline depuis plusieurs années,  La petite Tekmati P a la chance d’être parrainée et peut vivre avec sa grande sœur. Le parrainage lui évite le placement en orphelinat, loin de son village et séparée de sa sœur.

Bien d’autres enfants peuvent figurer dans ces descriptifs sommaires qui font voir l’utilité des parrainages.

Les bénévoles de Jajarkot à
Rimna.
Les achats et la distribution.
DSC_8304
DSC_9443
DSC_9424
DSC_9434
IMG-20180818-WA0001
20180811_132051
DSC_8312
20180725_184351
DSC_8276
DSC_8248
DSC_8297
DSC_8250

La métamorphose de Sujan après le parrainage. 

mairie-montcuq-en-quercy-blanc-logo-pt.p