Juillet/août 2015

Sur cette page vous trouverez un petit aperçu de notre intervention du mois de juillet 2015.

 

Comme promis, voici un compte rendu de nos actions menées cet été. Veuillez excuser notre retard mais il nous a été difficile de prendre un temps commun pour écrire ce récit

 

 

En effectuant un état des lieux sur place, il va de soi que les villages où nous avons séjourné pour les aides sont en grande partie détruits. La population vit sous des abris de tôle, tentes bricolées sur place avec des bâches en plastique… Il était prévu de porter des fournitures pour 180 enfants dans trois villages. Au final, nous avons réussi à porter le nécessaire scolaire pour :

 

- 85/90 enfants à l'école de Chandru.

 

- 115 enfants à Sindupalchowk.

 

- 90/100 enfants à Shree Panchakanya Primary School dans le village de Chintan.

 

Tous ses enfants ont repris le chemin de l'école avec le sourire... et nous aussi.

 

L'école de Chandru 

 

Le premier village où nous avons fait la distribution était le village de Chandru se situant dans la campagne de Pokhara.

Ce village se trouve dans la partie Est du pays à 7h de bus depuis Kathmandu pour rejoindre Pokhara. Depuis Pokhara, nous avons mis une heure en moto pour rejoindre l’école.

 

Cette école comporte 5 classes et accueille à peu près 85 enfants. Le jour de notre venue, les enfants nous attendaient patiemment.

Et dès le franchissement du « portail » de l’école, comme toujours ce même accueil rempli de joie et d’émotions des deux parties. Chants, colliers de fleurs et sourires.

Nous avons réussi à apporter à chaque enfant, une boite de crayons de couleur, une boite de feutres, taille crayon, gomme, stylos, crayon à papier et deux cahiers (un cahier pour le népali et un second cahier pour apprendre l’anglais).

Pour les enseignants nous avons porté un ordinateur portable ainsi que des fournitures diverses...

 

Cela fait deux ans que cette école bénéficie de cette action. Avec un peu de recul, le directeur a constaté une baisse de l’absentéisme. Les plus démunis peuvent envoyer leurs enfants à l’école car ils n’ont pas à payer les fournitures. 

L’an dernier avec les crayons de couleur, un des enfants à participé à un concours de dessin. Il est relativement doué pour son âge. Et lors de notre venue il venait de remporter le premier prix du district.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La deuxième école est la Shree Panchakanya Primary School dans le district de Nuwakot.

 

Nous y avons ressenti une grande détresse chez les habitants. L’accueil fut le même que chez Chandru. Malgré une pauvreté extrême, nous avons rencontré des gens pleins de vie, dignes et accueillants. Du fait de l’altitude et des pluies de mousson incessantes, il nous a été impossible de quitter le village en temps voulu. 

Nous sommes restés au milieu du « campement », fait de tôles, de cabanes en bois, de tentes de fortune.  Des conditions de vie inimaginables…

 

Nous avons distribué les mêmes nécessaires pour chaque enfant. L’école comporte 6/7 classes. Dans son ensemble, elle n’a pas subi de gros dégâts. 

Pour venir à l’école depuis Kathmandu nous avons mis 4h en moto. 10/15 km avant l’école,  la route se transforme en piste et ensuite en chemin boueux rempli de crevasses dues en partie au tremblement de terre et accentuées par les pluies de mousson. Le village est inaccessible aux voitures.

L’état sanitaire des enfants était alarmant. Ici il n’y a eu aucune aide à part les envois d’argent que nous avons faits après le séisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village de Janardan,  Sindupalchowk.

 

Pour aller à Sindupalchowk nous avons  loué un 4x4 car le tremblement de terre à dévasté le relief, il n’y a plus aucune maison debout. A perte de vue ce sont des tas de pierres et de briques et des tentes construites à la hâte, faites en partie avec des bâches en plastique.

A plusieurs reprises nous avons hésité à poursuivre notre chemin ou retourner à Kathmandu. Nous avons mis 8h depuis Katmandu.

Ici la distribution fut légèrement différente. Il n’y avait pas les mêmes besoins. Le directeur nous a conseillé de remplacer les cahiers par des paquets de biscuits.

En plus des boîtes de crayons de couleur, feutres, stylo, etc, nous avons distribué 110 paquets de biscuits que les enfants se sont empressés de déguster. Nous avons également distribué une sucette à chaque enfant ainsi que des ballons de foot, des cordes à sauter, des jeux de société (jeux d’échec, jeux de dames, etc).

 

 

C’est ici que l’école est totalement détruite. Lors du premier tremblement de terre, la faille a traversé l’école de part en part. 

C’est donc dans la reconstruction de l’école de Sindupalchok que l’O.N.G s’engage.

En plus de la distribution de fournitures scolaires, nous avons réussi à emporter des vêtements que nous avons distribués en fonction des besoins sur place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les FREE HEALTH CAMP.

Un autre point important : une personne voulant garder l’anonymat nous a confié une quantité importante de médicaments adressés en priorité aux enfants. Grâce à Janardan, nous avons reçu l’aide de Manish KC, médecin à l’hôpital de Katmandu.

Après avoir répertorié le stock, il a mobilisé 5 amis médecins généralistes de l'hôpital de Kathmandu pour venir ausculter bénévolement les habitants d’un village et distribuer un traitement à chaque personne en ayant besoin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes revenus en France emplis de joie, bouleversés par ces moments intenses de partage, constitués de  sourires, de larmes et de douleur.

Nous avons hâte de retourner là-bas pour continuer ce projet.

Merci à tous pour votre aide.